Messe de la famille, 9 juin 2013 Malabar, Ile Rodrigues.

Nous venons d’entendre un évangile extraordinaire nous montrant l’attention et l’affection de Jésus pour cette famille monoparentale ! En effet cette veuve avait un fils unique et nous imaginons facilement sa détresse affective mais aussi matérielle- à l’époque il n’y avait ni pension veuve ou pension de vieillesse  et les enfants devaient prendre soin des parents- à la mort de son fils unique. Le Seigneur, source de toute vie, est, nous dit l’évangile, touché au plus profond de lui par la souffrance de cette femme.’ Ne pleure pas ‘ lui dit Jésus. Le Seigneur s’approche, touche la civière et dit avec autorité: ‘jeune homme je te l’ordonne lève toi.’, le même verbe qui sera employé pour désigner la Résurrection de Jésus.

Pour le Seigneur la famille, toute famille- maman avec ses enfants, papa-maman avec les enfants (famille qui nous tt nous ti a content gagné) papa avec les enfants, grands parents avec les enfants, couple sans enfants- est un trésor. Un trésor dont nous devons prendre soin. Un trésor car, comme je le disais dans ma lettre pastorale de 2011, la famille est la base même de la société et c’est pourquoi la société doit protéger la famille.

Ce matin nous sommes rassemblés à Malabar, grâce a l’initiative des groupes zom, afin de dire merci au Seigneur  pour nos familles rodriguaises. Quel chemin parcouru depuis le grand drame de l’esclavage pour construire des familles qui nous aident, chacun d’entre nous mais également la société, à nous développer? Rendons grâce pou tous ban grands dimounes qui fine laisse nous ene bel héritage. Ce matin nous gagne ene pensée toute spéciale pour ban ancêtres qui fine enterre lors Montagne cimetière, à côté village le chou, sa cimetière qui  conseil culturel ek gouvernement régional fine mette en valeur le 4 juin de cette année à l’occasion des 174 années de l’annonce de l’abolition de l’esclavage à Rodrigues. Nous demande tous sa ban grand dimounes la prié pour tous ban fami zot descendants réunis ce matin à Malabar et pou tous ban familles rodriguaises.

La famille fait partie du plan de Dieu. C’est  bien Dieu qui nous appelle a vivre en famille. Par Jésus, Dieu notre Père nous donne la force de libérer nos familles de tout ce qui nous empêche d’avancer. En effet, c’est  par la famille que nous avons de quoi subsister: nous nourrir, nous vêtir, nous loger. Davantage encore par la famille, nous apprenons à parler, nous découvrons ce que veut dire être aimé et aimer, nous apprenons à vivre en société en expérimentant des valeurs fondamentales comme le respect des autres, la discipline, l’attention aux autres, la joie d’être ensemble, le sens de la fête et tant d’autres valeurs qui forment notre patrimoine et  qui nous  permettent ainsi de nous humaniser. Oui rendons grâce au Seigneur pour notre famille, pour tous ce que nous vivons en famille, même si, comme tout ce qui existe sur cette terre, notre famille est loin d’être parfaite, parfois même un peu bancale!

 Écoutons le témoignage d’une jeune du collège de Maréchal.

C’est parce que   la famille est si importante qu’il nous faut, à l’intérieur même des familles, être vigilants pour garder nos familles en bonne santé et protéger ce trésor qu’est la famille. Je voudrais ce matin attirer votre attention sur deux points.

Nous vivons- c’est une banalité de le dire- dans une société en pleine mutation. De plus en plus, et c’est très positif, nos jeunes vont au collège, à l’université ou suivent d’autres formations spécialisées. Nos familles, grâce à la Tv et d’autres moyens de communication modernes sont exposées à différents courants de pensée. Par rapport à ces mutations les parents sont parfois un peu perdus et ne savent pas trop comment exercer leurs responsabilités.De leur côté les jeunes pensent parfois qu’ils n’ont rien à recevoir des parents ou des aînés sous prétexte qu’ils sont plus instruits. En fonction de tout cela, il nous faut faire la  différence entre l’instruction et l’éducation. Un parent peut ne pas être instruit( pas fine allé l’école jusqu’à grand classe) mais cela ne veut surtout pas dire qu’il n’est pas éduqué et qu’il n’a donc  pas des valeurs à transmettre à ses enfants. Parents, certes dans le dialogue et pas ene maniere dominere, n’ayez pas peur de faire preuve d’autorité lorsque c’est nécessaire, plus tard vos enfants vous remercieront. N’ayez pas peur d’exercer vos responsabilités de parents. Vous jeunes, sachez que instruction ne veut pas dire automatiquement éducation! Certes il faut vivre avec votre temps, dans modernité, mais sachez que vous avez beaucoup à recevoir de l’expérience de vos parents pour votre développement humain.

Écoutons maintenant le témoignage d’un couple.

Pour préserver ce trésor qu’est la famille, je voudrais attirer votre attention sur un deuxième aspect. Parfois, sous prétexte de l’honneur de la famille, nous entretenons des silences coupables.  Par exemple, li pas normal qui nous pas dénonce ban incestes, ban violences physiques ou verbales, particulièrement envers les femmes et les enfants. ( maman ek zenfants alle passe la nuit dans bois  car missie fine soul ou bien zoue radio fort empeche famille dormi) ou d’autres formes d’exploitations qui faire zenfants décourager ek tombe dans toutes sortes difficultés. Jésus fut un prophète qui n’a pas eu peur de dénoncer, même au prix de sa réputation et de sa propre vie. Par notre baptême et notre confirmation nous sommes un peuple de prophètes. N’ayez pas peur nous dit Jésus. N’ayons pas peur de dénoncer  ce qui détruit de l’intérieur nos familles comme karias capave ronge doucement doucement ene meuble ek réduire li en poussière. N’ayons pas peur le rompre le silence. Zenfants  plus importants qui réputation. Mo envie  ce matin saluer l’Action familiale, Regroupement Femmes Centre Carrefour pour zot militance au service de la famille , pou ene  meilleure relation homme ek femme en commençant par la base même, c’est à dire , selon la grande idée d’Antoinette Prudence, dans manière élevé tifi ek ti garçons. Je voudrais également souligner cette initiative des filles Marie dans l’accueil et l’accompagnement des mères célibataires. Elles assurent, entre permanence  d’accueil chaque jeudi matin à la Ferme.

La famille est la base de la société et c’est pourquoi c’est le devoir de la société de protéger la famille dans toutes ses dimensions. Nous avons vu dans l’évangile comment Jésus a est bouleversé par cette famille en détresse et comment il agit. La société, c’est à dire le gouvernement, les institutions de l’état, les institutions scolaires et religieuses, les comités de villages, les clubs et mouvements  etc. doivent tout faire pour préserver la famille et empêcher que ce trésor se disperse.

Une des priorités des priorités est la création d’emplois stables qui permettent aux familles de vivre dignement et ainsi freiner l’exode qui est un vrai drame pour la stabilité de nos familles. Comme je le disais déjà dans ma lettre pastorale sur la famille il nous faut, plus que jamais, décréter un état d’urgence économique pour que chaque parent puisse avoir un emploi stable dans gouvernement ou dans secteur privé ou comme entrepreneur, et ainsi subvenir aïeux besoins de sa famille sans faire gaspillage.

Vivre dans la modernité ne signifie pas vivre dans l’indiscipline, dans le laisser aller! Sans vouloir vivre dans une société fondamentaliste qui contrôlerait tout, nos moindres gestes, est-ce néanmoins normal que les enfants du primaire aient accès à des films pornographiques sur leur portable! Est ce normal que nos jeunes puissent consommer le gandia avec autant de facilité? Est ce normal qu’il n’y ait pas toujours la distance nécessaire  entre les éducateurs et les jeunes? Les jeunes ont besoin d’éducateurs adultes et non pas des  copains ! Est- ce normal que certaines institutions financières prêtent l’argent ou fassent crédit sans tenir compte de la situation financière des concernés et cela entraîne le surendettement des familles? (parfois plus de 80 % des salaires passe dans remboursement  loan.)

Dans tous ces domaines nous devons œuvrer, même si nous devons aller à contre courant, pour promouvoir la famille qui est un trésor.

Il n’y a pas de famille idéale, chaque famille est en route. Prions le Seigneur , lui qui a été si attentif à la souffrance de cette maman éprouvée par le décès de son fils, de nous donner le courage de nous soutenir les uns les autres, de nous entraider et de regarder ensemble vers la même direction pour le bien être de la famille et donc  pour le développement de notre île autonome et bienaimé. Travaillons pour ‘lever’ nos familles : ‘jeune homme, famille, lève toi!’Ainsi, en cette année de l’appel et des appels, en pleine pâte humaine nous vivrons notre vocation de baptisés, une spiritualité à la manière de Jésus.

Pour conclure, je voudrais vous annoncer une bonne nouvelle. Teddy labour, un adulte issu d’une de nos familles rodriguaises,  sera ordonné prêtre  le 4 août à Baie aux Huîtres. Un ouvrier que le Seigneur nous donne pour être au service des familles Rodriguaises.

Avec le psaume 29 que nous avons médité ce matin, ‘ fêtons le Seigneur, nous, ses fidèles. Oui, ‘ que mon cœur ne se taise pas, qu’il soit en fête pour toi Seigneur, que sans fin Seigneur mon Dieu, je te rende grâce ! Amen.

Share

Recent Sermons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *